Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 19:45

Bonjour,

Quelques infos avec notamment le décès du bassiste du groupe Toto et aussi une tournée européenne du groupe, des news sur Nina Hagen.

Sans oublier un rendez-vous à ne pas manquer à Bruxelles fin mai  "Retrorama" que je vous laisse découvrir.

Quelques clips  avec une dédicace pour Tanguy fan de Dominique Py à tout juste 20 ans !

@+

Pascal

 

Stars 80. Patrick Hernandez : « Il y a une part d’éternité dans "Born to be alive" »

News d'avril...

Il n'a sorti qu'un seul tube, mais quel tube ! Planétaire et inoxydable. A la veille de deux concerts à Bourg-en-Bresse, entretien avec un garçon heureux.

Le dandy à la canne. Patrick Hernandez a toujours cultivé son image de dandy dilettante. Accessoire principal : cette canne qui ne le quitte jamais.

Comment un tube comme « Born to be alive » vous est-il arrivé ?
C’est une longue histoire. Je l’ai écrit en 1973. Je jouais dans un groupe de rock, Paris Palace Hôtel (PPH). On a enregistré la première version en 75 sous la houlette du producteur Jean Vanloo. L’original était très rock. Mais l’album est resté dans les cartons et la chanson a fait un bide.
En 78, Jean Vanloo me recontacte. Il voulait qu’on la refasse différemment. Il avait l’idée d’une production disco. Un gros mot pour moi à l’époque ! J’avais oublié l’efficacité de la mélodie. Habillée en disco commercial, elle devenait extrêmement porteuse. Et là j’ai vu l’implacabilité de la chanson.

Vous êtes ainsi devenu un « one-hit wonder », l’homme d’un seul tube…
J’aurais bien aimé en faire deux ! Mais je me dis qu’il vaut mieux avoir fait ça que cinquante trucs qui auraient mal vieilli. « Born to be alive » appartient au répertoire classique, à tel point qu’on ne peut même plus porter de jugement de valeur et dire que c’est de la merde. Moi, ça m’arrange ! Il y a une part d’éternité dans « Born to be alive ». Dans cent ans, quand on se demandera «qu’écoutait-on en 78 ? ». Et bien ça. Moi, je n'ai fait « que » ça.

Que pèse « Born to be alive » ?

Le tube a été numéro un dans une trentaine de pays et a décroché 56 disques d’or. Ce qui doit représenter quelque chose comme 25 millions de disques vendus dans le monde.

Comment revient-on sur terre avec un succès planétaire ?
On tombe très sérieusement. Au début des années 80, j’ai subi le retour de bâton. L’impression que les gens ne te désirent plus et te jettent comme une vieille chaussette. Après, les choses se sont remises en place.


Vous n’êtes pas le plus malheureux des hommes… Combien gagne un « one-hit wonder» comme Patrick Hernandez ?
Rien que les disques se vendent comme des petits pains. 25 millions, faites le calcul… Les droits d’auteurs sont considérables et il faut ajouter ce qu’on appelle les droits voisins, à chaque fois que la chanson passe dans un film ou dans une pub. En gros, je me lève tous les jours avec 1000/1500 euros devant moi. On peut effectivement dire que je suis un garçon heureux, et que je n’ai pas besoin de « Stars 80 » pour gagner ma vie !


Comment y êtes-vous venu ?
Au départ, ma présence n’était pas prévue. La production cherchait quelques pointures en plus pour la tournée. « Qui pourrait-on prendre ? Pourquoi pas Patrick Hernandez ? ». Moi qui pensais ne pas faire partie de cette bande des 80…


Et aujourd’hui ?
Génial ! On se marre comme des bossus. On dirait une colonie de vacances d’attardés mentaux. On a quinze ans dans nos têtes. On n’a rien à vendre les uns, les autres. On est libres de commencer et de finir quand ça nous chante.


Comment expliquez-vous ce succès phénoménal ?
Peut-être par la référence à une période insouciante. A la fête que l’on partage généreusement. On fait lever les gens dès le premier morceau et ils font la fête jusqu’à plus soif.


Comment vivez-vous en dehors de ce tourbillon ?
Je suis un peu rat des villes et rat des champs. Je suis très attaché à ma campagne bucolique. Je suis aussi amateur de très bonne chère. Je cuisine beaucoup. J’ai d’ailleurs sorti un livre de cuisine. Je prends le temps. On a quand même l’âge de ses artères !

Stars 80. Jeudi 5 et vendredi 6 mars à Bourg Ekinox. La production a remis quelques places supplémentaires aux guichets. De 47 à 56 €. 27 € pour les moins de 12 ans.Infos : 04 74 22 97 50. billetterie@ainterexpo.com. www.ainterexpo.com.

(Source Le Progres)

News d'avril...

Une soirée d'anniversaire de Sabrina mémorable ........ Délire !!!! – avec Jean Pierre Mader, William Début de Soirée, Nubia Esteban, Lucky McFly, Olivier Kaefer, Julie Pietri Pro, Sabrina Salerno et Pauline Esters.

(Source Facebook P.Hernandez)

Une  reprises de Born to be alive...

Nina Hagen

News d'avril...

Biographie

Nina Catharina Hagen est née le 11 mars 1955 à Berlin-Est, d'Hans et Eva Maria Hagen, respectivement scénariste et actrice, qui divorcent lorsque Nina est âgée de deux ans. Huit ans plus tard, Eva Maria se remarie avec le poète et chanteur dissident Wolf Biermann qui aura une grande influence sur Nina.

Nina quitte l'école à 16 ans et en 1972, après avoir échoué à l'examen d'entrée à l'école gouvernementale d'acteurs, elle se rend en Pologne où, pendant quelque temps, elle interprète au sein d'un groupe des chansons de Janis Joplin et Tina Turner.

L'année suivante, de retour à Berlin-Est, elle intègre le Studio für Unterhaltungsmusik (atelier de musique populaire) duquel elle ressort diplômée un an plus tard. Suivent alors des mois de tournée sur les routes d'Allemagne de l'Est où elle se produit avec l'Alfons Wonneberg Orchestra. Lassée de ces tournées, elle monte un premier groupe, Automobil, avec lequel elle chante le titre "du hast den Farbfilm vergessen" devenu mythique. Elle monte ensuite, quelques mois plus tard, un autre groupe appelé Fritzens Dampferband.

Mais en 1976, Wolf Biermann est déchu de sa nationalité allemande. Devenus indésirables, Nina, sa mère et son beau-père quittent Berlin-Est et s'installent à Berlin-Ouest.

En 1977, Nina gagne Londres et fréquente assidûment la scène punk. De retour à Berlin, elle monte un nouveau groupe et enregistre son premier album, Nina Hagen Band. Dès sa sortie, l'album dévoile une artiste talentueuse, charismatique, à la voix hors norme, qui trouve son public.

En 1979, Nina sort son second album, Unbehagen, dans lequel elle interprète une chanson en anglais, African Reggae, qui devient un tube. Elle se sépare ensuite de son groupe et décide de poursuivre une carrière solo. Elle s'installe aux États-Unis, devient bouddhiste et, le 17 mai 1981, donne naissance à une fille prénommée Cosma Shiva. En 1982, sort NunSexMonkRock, son premier album solo en anglais qui est un curieux mélange de punk, funk et opéra.

En 1983, elle enregistre Angstlos, produit par Giorgio Moroder et où figurent le tube New York/NY et une célèbre reprise de Zarah Leander. Mais, ses apparitions en public sont pour elle de plus en plus l'occasion d'exposer ses idées au sujet de Dieu, des extraterrestres, des droits des animaux et de la politique.

En 1985, l'album "Nina Hagen in Ekstase" est suivi d'une tournée internationale avec la participation de Lene Lovich.

En 1989, Nina fait une tournée en Allemagne, pour la promotion de son nouvel album, Nina Hagen. Installée à Paris avec sa fille, elle donne naissance à son fils Otis en 1990. En 1991, elle repart sur les routes à travers l'Europe pour la sortie de son nouvel opus, Street et enregistre une version allemande de la comédie musicale "Hair".

Entre 1993 et 1996, elle enregistre trois albums : Revolution Ballroom, probablement l'un de ses disques les plus abouti, puis Freud Euch et Beehappy. En 1998, elle devient animatrice d'une émission hebdomadaire sur la chaîne britannique Sci-Fi Channel avant de repartir en tournée en Allemagne.

En 1999, sort Om Namah Shivay, un album de chants indiens uniquement vendu sur son site Internet, dont une partie des bénéfices est utilisée pour la réalisation de projets sociaux en Inde. Nina entretient depuis plusieurs années une relation spirituelle très forte avec ce pays dans lequel elle a beaucoup voyagé. Parallèlement, elle enregistre la chanson "Fieber" avec le groupe indus-metal allemand Oomph!. Elle participe aussi à un enregistrement de "l'Opéra de quatre sous" de Weill/Brecht avec le Moderne Ensemble Berlin, aux côtés des chanteurs: Max Raabe et H. K. Gruber. Cette version a été plébiscitée par les critiques de musique classique et notamment parce que Nina hagen y réhabilite "La Ballade du prisonnier de la sexualité", morceau figurant dans les partitions originales des années 30, mais n'ayant jamais été interprété jusqu'à présent à cause de paroles jugées immorales.

En 2000, elle enregistre l'album Return of the Mother dont la sortie est suivie d'une nouvelle tournée en Allemagne.

En 2003, elle collabore avec le groupe Apocalyptica pour la reprise de la chanson de Rammstein "Seemann".

En 2003, Nina Hagen Big Band Explosion est une reprise de douze standards de jazz, parmi lesquels "Let me entertain you", Fever ou encore Over the Rainbow.

Son dernier album, Nina Hagen & Capital Dance Orchestra", paru en février 2006, couvre la période des années 30 avec des standards populaires de la chanson allemande et internationale.

Discographie

* 1972 : Du hast den Farbfilm vergessen
* 1978 : Nina Hagen Band
* 1979 : Unbehagen
* 1982 : NunSexMonkRock
* 1983 : Angstlos
* 1984 : Fearless
* 1985 : Nina Hagen In Ekstase
* 1985 : Nina Hagen In Ekstasy
* 1989 : Nina Hagen
* 1991 : Street
* 1993 : Revolution Ballroom
* 1995 : Freud Euch
* 1996 : Beehappy
* 1999 : Om Namah Shivay
* 2000 : Return of the Mother
* 2002 : Live in Krefeld
* 2002 : Om Namah Shivay / 1008 Indian Nights Live
* 2003 : Nina Hagen BigBand Explosion


Filmographie

* 1974 ABC der Liebe
* 1975 Junge, heute ist Freitag
* 1979 Cha Cha
* 1979 Bildnis einer Trinkerin
* 1992 Lilien in der Bank
* 1993 The Nightmare Before Christmas (Stimme Sally)
* Hot Dogs
* 1997 Tatort (ARD)
* 1998 Sci Fri (Sci-Fi-Channel)
* 1999 Nina Hagen + Punk + Glory
* 2000 Family Stories: The Hagens (ARD)
* 2001 Om Gottes Willen
* 2003 Chihiros Reise ins Zauberland (Stimme Yubaba/Zeniba)
* 2004 7 Zwerge - Männer allein im Wald

 

par Taboola
(Source machiavella.centerblog ).

 

Nina Hagen - African reggae live

Quatre choses que vous ne saviez probablement pas sur Nina Hagen

Nina Hagen fête ses 60 ans. Ça ne rajeunit pas les fans de la chanteuse punk allemande, qui sera en concert à Paris le 30 mars 2015. Star absolue des années 1980, Nina Hagen n’a jamais arrêté de faire de la musique, n’hésitant pas se frotter à l’opéra, au jazz-cabaret ou aux musiques expérimentales les plus extrêmes.

On connaît tous au moins un de ses tubes qui ont donné à des générations entières l’envie de faire allemand LV2 (et ce bien avant Tokio Hotel). On connaît aussi son destin de jeune berlinoise est-allemande, émigrée à Londres où elle découvre le punk, puis à Berlin-Ouest où elle devient une star du rock déjanté.

La biographie de Nina Hagen recèle pourtant quelques surprises.

1. Sa maman est une star

On a pu s’en rendre compte mardi soir à Berlin lors du concert-anniversaire qu’elle donnait pour ses 60 ans. A la fin du show, Eva-Maria Hagen, 80 ans, est monté sur scène et a fait hurler la salle de rire avec son récit de la conception de Nina Hagen. Actrice et cantatrice, la mère de Nina Hagen a notamment travaillé avec Bertold Brecht.

2. Elle s’est mariée sur une plage de hippies à Ibiza

En 1987, Nina Hagen s’est mariée à un jeune punk de 17 ans surnommé «Iroquois» sur une plage d’Ibiza. L’accès au mariage est payant et Nina Hagen en profite pour faire un discours sur la religion, la politique et la défense des animaux. Le choix de la plage n’est pas anodin, il s’agit d’un lieu de rendez-vous des hippies du monde entier où ont lieu des cérémonies mystiques. Et en plus c’est super joli.

3. Elle a vu des ovnis

Au tout début des années 1980, Nina Hagen voit des ovnis multicolores dans le ciel de Californie. L’expérience l’a profondément marqué même si elle a toujours refusé de s’en servir pour ses chansons. Nina Hagen a raconté dans son autobiographie que cette vision lui avait en revanche indiquée «un chemin de vie».

4. Elle a changé deux fois de religion

Née juive, par son père, mais jamais vraiment pratiquante, Nina Hagen s’est convertie au bouddhisme en 1981. Elle a affermi sa religion au cours de plusieurs voyages en Inde. En 2009, elle se convertit au christianisme, et plus particulièrement au protestantisme. Nina Hagen s’est expliqué sur cette conversion dans un livre intitulé Confessions. Lors de sa fête d’anniversaire de 60 ans, la chanteuse a fait de nombreuses allusions à sa nouvelle religion.

(Source 20 minutes)

Le site officiel...

 

Le dernier album de Nina Hagen

Le lien vers le site et les dates de la tournée européenne...

Francis Cabrel, Découvrez le tracklisting de l’album « In Extremis »

(Info Bénedicte)

News d'avril...

Une découverte sympa :)

Ombre Chinoise French Edition featuring Joanne AUTUMN

News d'avril...

DOMINIQUE PY - STEPHANE (1989)

News d'avril...

Le site....

Elsa - T'en Va Pas

News d'avril...

Histoire et explication de T’en va pas

T’en va pas d’Elsa est le premier single de la chanteuse, sorti en 1986. Cette chanson est la bande originale du film La Femme de ma vie de Regis Warnier avec Christophe Malavoy, Jane Birkin, Jean-Louis Trintignant, Elsa et Florent Pagny. Elsa n’a que 13 ans lors de la sortie du film et du titre T’en va pas. Ce tube va atteindre la première place du top 50 en détrônant The Final Countdown d’Europe. Elsa devient alors l’artiste la plus jeune à pointer en tête du top.
Les paroles de T’en va pas parlent du divorce et de la séparation entre un père et sa fille.
(Source zicabloc.com)

Al Jarreau - Boogie Down (1983)

News d'avril...

Al Jarreau - Roof Garden  (1981)

News d'avril...

Partager cet article

Published by Pascal-Tours
commenter cet article

commentaires

JP.M 02/04/2015 19:29

Salut Pascal, une fois encore, merci pour ces news. Petit rappel à propos de Sabrina Salerno qui fait partie de la tournée Star 80, elle sera également aux côté de Kim Wilde, Sandra, Samantha Fox, Bonnie Tyler et d'autres artistes pour le "80's Charity Show" qui aura lieu le 18 juillet prochain au Cirque Krone de Munich ! Infos sur mon blog, bonne soirée et bonne fêtes de Pâques à tous :)

Pascal-Tours 06/04/2015 19:14

Bonjour JP,

Merci pour les infos que je vais reprendre avec plaisir.
Bonne fin de week-end
@+
Pascal

Présentation

  • : Musique années 80
  • Musique années 80
  • : vidéos clips années 80/90
  • Contact

Radio musiques-années 80

Recherche