Rock années 80...

    

TRUST Antisocial 1980

 


Trust est un groupe rock français, créé en 1977 et célèbre au début des années 1980. Son style est affilié au hard rock et au heavy metal traditionnel (selon les chansons). Trust est probablement le seul groupe français à avoir connu un succès international dans ce genre musical.

Le groupe s'est formé autour du chanteur Bernard Bonvoisin (alias Bernie) et du guitariste Norbert Krief (alias Nono). Ils en sont les membres fondateurs et irremplaçables, alors que le groupe a plusieurs fois changé de composition. Les deux autres principaux musiciens sont David Jacob à la basse (depuis 1996) et Yves Brusco (alias Vivi) à la basse et à la guitare ; Fred Guillemet jouera également de la basse avec le groupe, surtout lors des tournées. En revanche, près d'une dizaine de batteurs différents ont joué avec Trust, notamment Nicko McBrain, qui a rejoint Iron Maiden en août 1983, ainsi que Clive Burr, qui arriva de Maiden la même année. 
Leur musique énergique est souvent engagée et rebelle, ce qui leur a valu quelques censures. Après avoir joué dans les clubs parisiens, Trust s'est fait connaître en se produisant en première partie de groupes plus célèbres, notamment AC/DC. Leur principal succès populaire est l'album Répression en 1980, contenant la chanson Antisocial, qui restera le titre emblème du groupe.

Trust se sépare une première fois en 1985, et Nono devient guitariste de Johnny Hallyday, tandis que Bernie produit des albums en solo. Le groupe se reforme en 1988 et sort un album live, Paris by night, se désagrège à nouveau et se reconstitue de 1996 à 2000, mais sans retrouver le succès des années 1980.

 

 (Source Wikipedia)



Trust-Antisocial
envoyé par heart

Trust - Antisocial


Téléphone - Ca c'est vraiment toi 1982



 

Téléphone était un groupe de rock français fondé le 12 novembre 1976 et qui s'est séparé le 21 avril 1986. Il a été l'un des rares groupes français à s'exporter dans d'autres pays.

Membres du groupe :


Jean-Louis Aubert, né le 12 avril 1955 à Nantua : Guitare / chant

Louis Bertignac, né le 23 février 1954 à Oran, Algérie : Guitare / chant

Richard Kolinka, né le 7 juillet 1953 à Paris : Batterie

Corine Marienneau, née le 7 mars 1952 à Paris : Basse / chant

 

L'histoire de Téléphone commence le 12 novembre 1976 au Centre américain de Paris, Boulevard Raspail. Ce soir-là doit avoir lieu un concert des jeunes Jean-Louis Aubert et Richard Kolinka, deux musiciens qui ont déjà fait partie de quelques groupes, dont j'adore et Sémolina (avec lequel ils sont parvenus à sortir un unique single face A "Plastic rocker", face B "Et j'y vais déjà"). Ils ont préparé le concert avec une ardeur toute juvénile : pose d'affiches, concert gratuit et improvisé à la sortie du lycée... Seul problème : ils n'ont personne pour les accompagner. Ils font donc le tour des amis, et parviennent in extremis à trouver deux musiciens compétents et libres : Louis Bertignac et Corine Marienneau, tous deux anciens du groupe Shakin' Street.

Les futurs Téléphone sont donc déjà au complet, même s'ils s'appellent encore « ! ». Devant un public de 500 personnes, ils jouent quelques compositions d'Aubert (dont Hygiaphone et Métro, c'est trop !) et des reprises de rock anglais (The Who, The Rolling Stones...), et remportent un succès hors du commun pour un petit groupe inconnu. Artistiquement, l'expérience se révèle marquante : les quatre musiciens déclareront plus tard avoir ressenti lors de ce premier concert une alchimie aussi mystérieuse qu'excitante, qui les pousse à rester ensemble. Avec l'aide d'un copain d'Aubert, François Ravard, qui fait office de manager, ils partent donc à la recherche d'engagements, jouant dans les MJC, les soirées dansantes, et bientôt les salles de spectacle sous le nom de « Téléphone », faire la promotion d'un groupe dénommé « ! » s'étant révélé une tâche pour le moins ardue.

En cette fin des années 1970, le rock français n'existe quasiment pas. Ce qui s'en est le plus rapproché est le mouvement « yéyé » (Johnny Hallyday, Dick Rivers ...), flirtant avec la variété et encore éloigné du rock pur et dur de Jimi Hendrix ou de Led Zeppelin. Les jeunes Téléphone, avec leur son sans concession inspiré des groupes anglais, font donc sensation partout où ils passent. Ils ne tardent pas à jouer au Gibus, prestigieux club parisien, puis deviennent des habitués des fins de soirée aux studios de Radio France avec Jean-Louis Foulquier.
Les mois suivants, l'ascension du groupe est foudroyante :
Le 26 mars 1977, à l'initiative de la RATP, le groupe donne un concert gratuit au métro République. En résulte un énorme embouteillage et le blocage de la ligne.
Le 2 mai, ils assurent la première partie d'Eddie & the Hot Rods au pavillon de Paris, leur volant la vedette.
Le 7 juin, profitant de la défection de Blondie, ils jouent à l'Olympia en première partie du groupe americain Television. Le concert remporte un très grand succès, et des critiques enthousiastes dans les journaux. Dès le lendemain, le groupe enregistre son premier 45 tours en public au Bus Palladium. Le 45 tours, autoproduit à 2000 exemplaires et vendu 5 francs à la sortie des concerts par le groupe, puis réédité par le label Tapioca, comprend Hygiaphone et Métro (c'est trop). Le disque, pourtant sorti sans aucune autre promotion que les concerts du groupe, remporte un succès très encourageant.
Un mois plus tard, suite à un article paru dans le magazine « Rock & Folk », Téléphone est approché par la maison de disque Pathé-Marconi. Le 25 août 1977, moins d'un an après sa formation, le groupe a déjà signé un contrat.

 (Source Wikipedia)

 http://www.telephonelegroupe.com/

 

 

Jean-Patrick Capdevielle : Quand t'es dans le désert  1979

 

Jean-Patrick Capdevielle est sans doute l'un des meilleurs auteurs - compositeurs - interprètes contemporains. Cet artiste polyvalent qui a connu son heure de gloire avec "Quand t'es dans le désert" est revenu sur les devants de la scène avec l'album "Carmine meo", composé pour Emma Shapplin, plusieurs fois disque d'or et vendu à des millions d'exemplaires. Son style, sa poésie, sa musique nous manquent. Vivement un come-back, mister Capdevielle !  Originaire de Bigorres, Jean-Patrick Capdevielle est né à Levallois le 19 décembre 1945. Dès l'âge de 12 ans, il décide d'être comme Elvis. Il s'achète ses premiers blousons et sa première guitare à l'insu de ses parents. Il connaît sa période hippy et devient l'un des premiers en France à avoir les cheveux longs et à partir sur les routes avec un sac à dos. "J'étais convaincu, comme pas mal d'imbéciles, que ma vie s'arrêterait à trente-trois ans, comme le Christ, Mozart et Gérard Philippe", affirme-t-il. Après de brèves études de médecine et de sciences économiques ("J'étais plus doué pour aller au cinéma que pour assister aux cours" admet-il), ce "touche-à-tout gourmand" fait du journalisme (à "Salut les copains" notamment), de la publicité (comme directeur artistique), de la photographie et de la peinture. Il voyage beaucoup, rencontre Eric Clapton à Londres, découvre les Etats-Unis, s'installe un moment à Ibiza. En 1979, il se lance dans le rock et connaît le succès avec "Quand t'es dans le désert". Les albums se succèdent : "Deux", "Le long de la jetée", "L'ennemi public", "Mauvaises fréquentations", "Planète X"…

 Source : http://www.capdeviellefan.org/

 Le site officielle :  http://jpcapdevielle.com/

 

 

Radio musiques-années 80

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>

Derniers Commentaires

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés